En 2017, il y aura un Ministère du Bonheur

le

Il est sur toutes les lèvres (83% des Français s’estiment heureux) mais pas encore dans tous les projets. Les recherches certifient pourtant son intérêt tant en matière de politiques publiques que pour optimiser les relations professionnelles.  S’arrêter un instant et y penser, le rend plus que probable, nécessaire. Il y a les sondages, les magazines, la psychologie positive, les cours. En 2017, il y aura un Ministère du Bonheur.  Charles Merlin, son initiateur, a eu la gentillesse de nous en détailler le calendrier et le programme.

  • Bonjour Charles. Alors dites-nous tout:  pourquoi  un ‘Ministère’ du bonheur ?

Je crée un Ministère du Bonheur parce que le bonheur, le bien-être et la qualité de vie sont des notions qui, au même titre que la santé, dépendent en partie des politiques publiques. Les recherches scientifiques des dernières décennies nous permettent de définir ce que sont ces trois notions, de les mesurer et de comprendre de quoi elles relèvent dans un contexte individuel ou collectif. Ce qui ressort le plus de ces recherches, c’est que la croissance économique et le plein emploi ne suffisent pas à apporter le bonheur. Dans ces conditions, il appartient aux pouvoirs publics d’aider les trois grands acteurs de la société française à comprendre ces notions pour qu’ils prennent de meilleures décisions : aider les individus à comprendre ce qu’est le bonheur dans la vie, aider les organisations à comprendre ce qu’est la qualité de vie au travail et aider les collectivités à comprendre ce qu’est le bien-être des citoyens sur un territoire donné. De nombreux pays comme le Danemark, l’Australie, la Suisse ou le Royaume Uni ont bien compris l’intérêt que représentent ces aspects : les pays qui prennent soin du bien-être de leurs concitoyens fonctionnent mieux – moins de coûts de santé, moins de criminalité, meilleure implication civile et démocratique, etc. La France est à la traîne sur ce sujet. Notre pays est classé à la 32ème place du dernier rapport sur le bonheur publié par l’ONU. Nous avons donc tout intérêt à mettre en place les conditions qui permettent aux Français d’avoir une vie plus agréable.

Les pays qui prennent soin du bien-être de leurs concitoyens fonctionnent mieux – moins de coûts de santé, moins de criminalité, meilleure implication civile et démocratique (…) Nous avons donc tout intérêt à mettre en place les conditions qui permettent aux Français d’avoir une vie plus agréable.

  • Quels en seront les ministres ? Le gouvernement est-il définitivement établi ?

Au-delà de sa mission à caractère national, le Ministère du Bonheur est assez différent d’un Ministère classique : il n’y a pas de Ministre à proprement parler et il fonctionne de manière ouverte et horizontale. Toutes les personnes de bonne volonté et qui souhaitent contribuer à son développement sont les bienvenues.

  • Voulez-vous nous exposer votre programme ?

Bien sûr !  Les activités du Ministère du Bonheur s’articulent en deux pans :

  • Le premier porte sur la dimension online : nous travaillons à la mise en place d’une plateforme web ouverte qui centralise, structure et vulgarise toutes les enseignements tirés des milliers d’études scientifiques qui ont été menées sur le bonheur, le bien-être et la qualité de vie. Tous les individus, les organisations et les collectivités auront accès à des dossiers qui portent sur tous les facteurs de bonheur qui existent dans leurs contextes. Par exemple, il y aura un dossier sur la corrélation entre l’argent et le bonheur. Chaque dossier comprendra une fiche pratique, une infographie, des témoignages, des cas et des vidéos. Cette diffusion de contenus rentre dans une logique d’empowerment des bénéficiaires que nous visons.

La plateforme va sortir d’ici l’été, vous pouvez laisser votre email sur le site du Ministère pour être prévenu de sa sortie.​

Toutes les personnes de bonne volonté et qui souhaitent contribuer à son développement sont les bienvenues.

Images intégrées 1

 

    • Le deuxième pan comprend des activités offline : nous proposons aux organisations et aux collectivités des services d’accompagnement pour les aider à comprendre et mettre en oeuvre le bonheur dans leurs contextes.
Images intégrées 2
​​

L’idée est, qu’à terme, chaque Française et chaque Français dispose de connaissances suffisantes sur le bonheur pour qu’elle ou il prenne des décisions de vie en toute connaissance de cause. Même chose pour le monde de l’entreprise et des collectivités : je souhaite que chaque dirigeant ou gouvernant comprenne les intérêts et les ressorts du bonheur au travail et du bien-être citoyen.

  • Comment le financerez-vous ?

La viabilité économique du Ministère repose sur les prestations qu’il fournira aux organisations et aux collectivités.

L’idée est, qu’à terme, chaque Française et chaque Français dispose de connaissances suffisantes sur le bonheur pour qu’elle ou il prenne des décisions de vie en toute connaissance de cause.

  • A quel(s) peuple (s) l’adressez-vous ? Le(s) croyez-vous prêt (s) à l’expérimenter ?

Le Ministère du Bonheur s’adresse avant tout à la société française. Comme dans d’autres pays, les Français sont très en demande de clés de compréhension sur le bonheur mais ils restent toutefois très pessimistes, méfiants voire cyniques. Diverses raisons expliquent cette posture, elles sont essentiellement culturelles. Si on fait preuve de patience et qu’on explique les choses clairement, les gens comprennent et finissent par nous soutenir. C’est un exercice que je trouve intéressant.

  • La gentillesse est un divin défaut, n’est-ce pas ? Quand l’avez-vous expérimentée pour la dernière fois ?

Personnellement, j’adore parler de gentillesse et, en toute humilité, j’essaie d’être gentil autant que je le peux. A mes yeux, la gentillesse est une grandeur d’âme qui implique à la fois de maîtriser son égo et de faire preuve d’empathie et de conscience de l’autre. J’en ai fait l’expérience il y a quelques jours : je rentrais chez moi en vélo et j’avais du mal à pousser la grosse porte cochère de l’immeuble. Un passant est venu m’aider de manière complètement désintéressée. Ce genre de petits gestes redonne foi en l’humanité et égaye la journée. Par ailleurs, les recherches scientifiques montrent que la gentillesse et l’altruisme sont excellents pour le bonheur : être à l’origine d’un acte de gentillesse rend aussi heureux que de le recevoir.

Pour faciliter le bonheur, suivez la trace du Ministère et n’hésitez plus à prendre part au mouvement !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s