Le rêve est mort. Vive la République

le

Nous voilà confrontés à un choix, entre le pragmatisme ou le racisme, qui ne s’édulcore qu’aux yeux de ceux qui en ont accepté les principes.

Il y avait des idées.

Une Europe de l’énergie. L’accueil et le co-développement à titre de politique migratoire. Un Smic européen. Une Europe des travailleurs et des peuples. La revalorisation du salaire des enseignants, avec une prime selon les difficultés. Développer les pédagogies alternatives notamment celles qui ont réussies. Échanger des enseignants entre pays européens. Instaurer le référendum d’initiative citoyenne et le droit des citoyens de proposer une loi. Mutualiser une partie des dettes souveraines afin d’abaisser le coût du crédit. Autoriser le travail après trois mois de présence sur le territoire. Légaliser le cannabis. Reconnaître le vote blanc. Instaurer un 49.3 citoyen. Fixer le droit de vote à 16 ans. Généraliser la représentation proportionnelle…

Aucune n’a été suffisamment forte pour endiguer le réalisme pratique, pour s’ériger contre cette vision du monde selon laquelle l’homme et la politique sont vassaux de l’économie qui dit l’origine, le droit, qui dit le sens, la culture, l’histoire, qui dit tout et à laquelle on doit tout. Soit cela, soit la hiérarchie raciste qui ne se dit pas. Que la République ait perdu pied en certain endroit est un fait. Qu’il faille s’enfermer dans sa tour d’ivoire en pointant l’autre du doigt puisque la faute lui incombe forcément, est d’un autre temps. L’histoire l’a prouvé : toutes les politiques qui divisent l’humanité entre ceux qui sont légitimes et ceux qui ne le sont pas, est dangereuse. Ils appellent cela patriotisme. Ils s’appellent patriotes. Ma patrie va d’un bout à l’autre du monde. Ma patrie est de toutes les couleurs. Ma patrie a une dizaine d’histoires en une. Ma patrie danse la séga, la sarabande, le zouk, le fest noz, la valse musette, la biguine, le gwo ka, le quadrille, la sauteuse, la mazurka. Ma patrie parle breton, basque, créole, corse. Ma patrie est caribéenne, africaine, indienne, asiatique. Elle recèle en son sein toutes les couleurs et presque toutes les religions. Ma patrie ne peut, de fait, être raciste sauf à être schizophrène. Je suis patriote.

Il ne reste que…

On s’interroge sur une jeunesse éduquée par la République et ses idéaux, capable de répandre la terreur et la mort. Je m’interroge sur une jeunesse, éduquée par la République et ses idéaux, capable de reprendre sans brocher que la mort, c’est l’autre. Je n’ai pas la solution au mieux-être général mais je suis persuadée qu’elle ne réside pas ces acceptions-là. Mes colères ne me conduiront jamais vers la ‘souveraineté’ mais la solidarité.

Je sais, je rêve. Jusqu’ici, je pensais que c’était une force. Mais voilà, le rêve est mort.

Il y a une semaine, je n’avais pas la sensation d’avoir beaucoup de choix. Aujourd’hui, c’est pire. La semaine dernière, j’en ai fait un cependant. J’en ferai un nouveau, dans deux semaines. Avec la sensation d’être confrontée au même dilemme que les Américains, il y a quelques mois. Avec l’espoir que nous ferons mieux ici. Je voulais simplement être enchantée. Je voulais continuer de croire que c’est l’idéal qui construit le réel à force de conviction. J’avais l’audace d’espérer que nous pourrions produire une autre vision et l’offrir au monde. Parce que nous en avons l’histoire, la géographie et la force. Mais je rêve encore. Et le rêve est mort. Vive la République.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s