Je suis fondamentalement gênée par la diversité

S’il y a bien une expression aussi agaçante qu’elle ostracise, c’est bien celle-là. Pouvait-on faire pire, plus clivant ? Oui.

Un annuaire de la diversité. Ce serait donc la nouvelle idée pour « renouveler les visages qu’on voit (sic) sur les antennes », indique l’article du Monde de ce jour, que je ne lierai pas, la limite étant déjà plus que franchie, terrassée par l’absurde. Ces « experts » auraient donc, outre leur culture sur tel et tel sujet, l’avantage de n’être pas… Comment dire ?…  Disons… mainstream ? Non, non, c’est un anglicisme. Gaulois ? Trop teinté politiquement. Blancs ? Ah non. Trop clivant. Trop « racisé ».

Banale diversité

Le terme est devenu banal, comme s’il était désormais acquis qu’il existe des niveaux de populations, de peuple, oserais-je dire de citoyenneté, au sein de notre pays, comme si ces autres qui nous bombardent de conneries à fragmentations passéistes, périmées, avaient gagné la bataille de la pensée. Oubliée la devise, notre devise Liberté (d’y penser, de réfléchir notamment), Egalité (entre tous), Fraternité. Devise inscrite sur le fronton de mon école, apprise en cours d’éducation civique récemment achalandé, par la volonté de l’Education nationale, la même que celle des autres, par la morale. Ces cours d’instruction civique dispensés par une école, puis un collège qui n’avaient rien de divers, outre la diversité de profil des élèves et des enseignants qui les ont composés.

 

Jean-Michel Basquiat - 1981 - Red man

Le coup et les couleurs

« C’est un joli coup » se félicite Le Monde. Il me semble bien fâcheux. Mais j’ai dû, comme c’est souvent le cas en la matière, ‘mal comprendre’ ou ‘mal interpréter’ les choses. Parce que voilà comment je les perçois. Moi,  jeune auteure en devenir, tentant, à coups de lectures, à force d’abnégation, le mot n’est pas trop fort, de recherches et de trouvailles, aussi diverses que l’autorise la formidable époque dans laquelle nous évoluons diversement, travaillant quotidiennement à former le fond, à approfondir la forme, gagnerais à être inscrite sur une liste, un annuaire chromatique. Assignée à répondre aux questions aussi teintées – sinon pourquoi une liste ? – que ma coloration, qui deviendrait, de fait,  la raison (à terme, le centre), de mon existence médiatique. Une mauvaise interprétation. Sans doute prise au premier degré. Emanant de personnes vraisemblablement incapables d’interroger la hiérarchisation et l’exclusion sous-jacentes de termes tels que ‘diversité’ ni l’incongruité d’un annuaire pour la détailler. Expulsant tout cela confortablement installés sur un piédestal qui semble tout autoriser.

Du reste, nos sociétés s’américanisent plutôt qu’elles ne s’élèvent par la création d’idées neuves. C’est, à mon sens, foncièrement, centralement, uniformément, cela, le plus dommage.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s