Une lettre d’amour pour de faux, parce que l’on est maintenant et que maintenant cela ne se fait pas

le

Si je devais écrire une lettre d’amour à l’homme que j’aime (oui, c’est désespérant d’être à ce point dans la norme en plus d’être gentille. C’en serait presque anachronique), qui a décidé de me quitter, voilà celle que j’écrirais…

 

Louis BOTERO (C'est bon pour l'auteur mais pas pour le titre. On y est presque...).  A voir (celle-ci et les autres), à la fondation EDF.  Exposition (gratuite) #Street art  (Rue Récamier, Paris 15éme)
Louis BOTERO
(C’est bon pour l’auteur mais pas pour le titre. On y est presque…).
A voir (celle-ci et les autres), à la fondation EDF.
Exposition #Street art
(Rue Récamier, Paris 15éme)

Mon amour,

Je suis complètement désemparée à l’idée que tu t’en ailles. Je peux comprendre que la niaiserie soit un défaut difficile à supporter. Mais regarde le monde qui nous entoure. Franchement, tu ne crois pas qu’il y a pire ? Je suis chiante, ennuyeuse quelquefois, agaçante bien plus souvent que je l’aurais souhaité, n’avoir aucun sens de l’orientation (ce qui me désespère bien plus que toi puisque j’ai horreur des clichés et celui-ci est sans doute l’un des plus rebutants). Mais, j’ai quelques qualités aussi, que la modestie et la décence ne m’autorisent pas de détailler ici. D’autres encore, plus terre-à-terre comme… Tiens, la gentillesse ! N’est-ce pas la plus belle qualité qui soit ? Non. Je ne parviens à me résoudre au fait que tu me laisses, seule. Sans autre explication que le temps, l’espace, l’échange. Ce n’est pas si grave non plus de n’être pas tout à fait d’accord sur la portée philosophique, le sens intrinsèque des comédies romantiques ? On peut trouver un sens différent aux choses et pourtant aller dans la même direction ? Indépendante, je le suis évidemment, parce que je suis une femme de mon temps. Amoureuse aussi. Terriblement. Niaisement… La niaiserie encore. Ma niaiserie. Celle que tu pourrais apprendre à accepter plutôt que de la fuir. Alors oui, là encore j’exagère puisqu’il ne s’agit que de quelques jours et qu’à la lecture de ce courrier imaginaire, on pourrait supposer qu’il s’agit de bien pire, une rupture définitive dont il ne saurait être question puisque nous avons la chance qu’il soit partagé cet amour, toutes niaiseries mises à part. Mais même dans le pire, il y a des niveaux et ce pire-là  n’est déjà pas si mal. C’est un pire grave pour moi. Et cela, tu vois, ce me semble l’essentiel.

Voilà.

Tout est dit.

Je t’embrasse.

Moi

Nous sommes bien d’accord: cela ne se fait plus. Ni les lettres enflammées, ni même l’exaltation de ses sentiments.  Si elle est formidable la plupart du temps, elle peut être triste aussi notre époque.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s