L’âge ingrat…

La prochaine heure s’annonce compliquée…

L’heure des devoirs. Ce moment qui condense toutes les angoisses, passées, présentes, à venir, sociales, économiques, politiques. D’autant plus intensément que le temps est court, que la fin de semaine doit être riche de toutes sortes d’expérimentations parallèles, culturelles, sportives, organisationnelles pour les familles du nouveau genre, celles où tout est multiplié par deux. Angoisses donc. Blocages aussi. Résistances plutôt. Ou paresse. C’est fonction du point de vue. Fonction du spécialiste. Fonction du parent. Lui est à cet âge, où le parent justement, s’il n’est pas un ennemi, est celui qui ne comprend pas. Il ne comprend pas que tout n’est pas là. Il ne comprend pas que la terre tourne en dehors de l’institution salvatrice, bienfaitrice, fondamentale qu’est l’école, que la vie est faite d’autres choses qui ne sont pas inscrites dans les livres mais plutôt dans la liberté en dehors. Ils ne comprennent pas. Je ne comprends rien puisque j’angoisse. Et les infos, les parents parfaits et l’urgence m’y incitent. Il a le temps ? Il changera ? C’est un garçon ? Oui, d’accord. Et alors ? Quel que soit la matière, rien ne passe.

basquiattrumpet1984

L’espérance et le doute
Rien n’est intéressant. Ni ce poème de Maupassant ni les astuces en mathématiques. Le calcul astucieux. Jamais vu ça, moi. Le calcul mental, je connais. Les équations, je vois à peu près. Mais le calcul astucieux, je ne connaissais pas. Mais qu’importe. L’important n’est pas là. L’important est bien que je ne comprends pas. Que je ne comprends plus. L’important est la distance, nécessaire, ingérable. Mais pourquoi est-ce qu’il boude, là ?! La distance donc. Et pour cause : trop intervenir, c’est entraver sa liberté d’être. Ne pas intervenir, c’est être laxiste. Intervenir un peu, par ci, par là, par où, c’est être hésitant. Mais douter, c’est bien, non ? Oui. Quand cela ne se voit pas trop. Dur. Incertitudes, mauvaises pistes, turbulences, verticalité, horizontalité, remises à plat, l’âge ingrat finalement n’est pas forcément celui que l’on croit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s