Brève histoire de trahison

 » Et bien que par la suite son existence semble suivre une courbe ascendante, (…) rien ne fera revivre ce moment trop grand pour lui qui l’avait fait maître de son destin. C’est là la terrible vengeance de cette minute capitale, si rare dans la vie des mortels, à l’égard de ceux qu’elle a élus à mal escient et qui ne savent pas profiter d’elle. Toutes les vertus civiques, la sagesse, le zèle, l’obéissance, la pondération, suffisantes pour les nécessités de l’existence journalière, fondent comme neige au soleil en face de l’instant mystérieux qui n’exige que du génie et ne dessine que des figures impérissables. Cet instant repousse dédaigneusement les hésitants; il n’enlève dans ses bras puissants que les audacieux, ces dieux de la terre, et les emporte dans le walhalla.  »

Stefan Zweig, Extrait de La minute mondiale de Waterloo In Les très riches heures de l’Humanité

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s