Une femme avec elle-même

C’est en regardant une émission à la télévision ce matin que je me suis posée la question de la manière dont sont traités les mères célibataires. Certes, c’est à l’aune de celles originaires de ce que l’on appelle communément – et à tort dois-je dire – l’Outre-mer, où pullulent les familles monoparentales soutenues par des femmes, que s’éclairait l’émission. Mais, et j’ai envie de le crier haut et fort, nous ne sommes victimes de rien si ce n’est de ces propos sans nul doute involontaires. S’il ne s’agit pas toujours d’un choix, ce peut être le cas. Voici donc ma position défendue par la réalité de ma vie.

Un : l’erreur est humaine, la persévérance est diabolique

Souvente fois, il nous est intrinsèquement reproché d’avoir fait le choix de vie périlleux de vivre seule. Dans le pire des cas, celui qui nous ôte tout pouvoir de décision, nous sommes placées au cœur de la lancinante question de l’abandon de l’homme, souvent volage, de son foyer, de ce père qui aura choisi de ne pas l’être. Par cela, nous aurions manqué le ‘projet familial’ au sein duquel un homme aurait tenu sa place. Il peut s’agir aussi, plus simplement d’une femme qui face au choix erroné de l’homme avec qui elle a partagé une partie de sa vie, lui rend la liberté de poursuivre la sienne puisqu’elle ne correspond pas/plus à celle qu’elle ambitionne. Qu’il accepte ou non de s’inscrire dans ce ‘projet familial’ est surtout signe de sa vision de la vie, de sa relation avec lui-même, de son histoire. Elle prend donc la décision de cheminer seule suivant le principe bien connu selon lequel il vaut mieux être seule que mal accompagnée. Si ce choix constitue de prime abord une fracture qu’elle mettra plus ou moins de temps à surmonter, il finit par être la voie par laquelle elle cherchera à s’accomplir, s’accomplira au mieux de ses capacités, découvrira en tous cas la personne qu’elle est au fond. Une fois ceci fait, elle pourra – ou pas, c’est envisageable – opérer le choix d’entrer de nouveau en relation, sans pression, en connaissant la rudesse de la vie pour l’avoir affrontée au jour le jour. Elle ne sera pas en quête d’une épaule mais véritablement d’un partenaire. Elle se placera alors dans une relation gagnant-gagnant dans laquelle chacun soutiendra l’évolution présente et à venir de l’autre.

Mona lisa Basquiat

Deux : de la pauvreté des mères célibataires
Oui, il arrive qu’elle soit dans une situation économique difficile. Parce que le couple l’était et que deux difficultés n’ont jamais fait une facilité mais plutôt une difficulté moindre. En la matière, il serait convenable de signifier qu’une femme seule, gagnant correctement sa vie ne sera pas confrontée aux avaries financières sauf erreur de sa part. Si sa condition de femme seule est prise en compte à juste titre aussi. Or, elle est souvent considérée comme une célibataire de la classe moyenne avec un seul enfant (mon cas). La lourdeur de sa charge est donc celle de tous les célibataires de la classe moyenne. La société à tendance à la déconsidérer, du ‘mademoiselle’ administratif au regard désespéré qui se pose sur elle lorsqu’elle signifie sa solitude dans la gestion de son foyer, de sa personne, de celle de son/ses enfants. L’erreur, bien qu’humaine est à proscrire autant que faire se peut, notamment en matière budgétaire. Elle en prend l’habitude, compte, calcule et réduit son train de vie pour entrer dans le cercle vicieux dont il va être question maintenant…

Trois : elle ne cherche pas absolument à retrouver une vie de couple

Bien au contraire. Elle cherche d’abord et avant tout à se (re)construire ce, en pleine lutte avec la vie. C’est un peu comme construire un château de carte en plein cyclone. Mais, tout cyclone a un œil, une période calme durant laquelle la construction est envisageable. Fragile certes mais possible. Il faut faire vite, bien, avec peu. Alors elle fait. Elle construit dans la tourmente parce qu’avec le temps, elle aura pris l’habitude du ‘faire’ tourmenté. Cela suppose des matériaux solides, des choix précis et surtout le sens de la perspective et de l’anticipation. Elle ne cherche pas forcément un homme donc, ni une épaule parce qu’elle n’a pas de temps pour cela. Son temps est aussi précieux que chacun de ses deniers. Elle n’a pas les moyens d’en perdre (pour compléter le point deux) en café, verres après le boulot ou sorties multiples de fins de semaines, parce l’erreur n’est pas permise donc et qu’une sortie de trop est une facture payée en moins. Chaque minute compte entre les devoirs, les soirées vidéos, les matchs et autres rencontres sportives, les rencontres parents-professeurs, etc. Sauf à croire la rencontre facile (même la princesse Charlotte de Monaco dit le contraire. C’est dire !), dans le métro sur le chemin du boulot (…) ou sur le chemin de l’école (c’est déjà plus probable), elle ne disposera pas de l’espace qui la lui permettra. Ainsi, elle se bat, jour après jour, pour l’absolu nécessaire -l’accomplissement d’elle-même, de son/ses enfant(s) – jugeant la relation amoureuse secondaire parce que ni immédiatement ni aisément atteignable (le sens de la perspective toujours). Là encore, tout est relatif cependant, question de point de vue, de priorité…

Tout cela pour dire quoi ?
Tout cela pour dire, qu’à l’instar de la majorité des gens de ce monde, la mère célibataire est confrontée à la rudesse économique, au manque de temps, à la course à la réussite, à l’enfermement sur soi et sur ses problématiques individuelles, à la difficulté de faire des rencontres. Rien que de très banal. Rien qui nécessite une victimisation. Une mère célibataire est une femme comme les autres, forte de ses choix, faible dans l’erreur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s