Un murmure…

« Impossible que nous soyons innocents de l’état du monde, des inégalités, des prédations qui perdurent, du détournement des richesses, des connivences en corruption, de l’oppression des femmes, de la persistance des maladies de la misère, des faibles progrès de l’éducation, (…) de la dégradation de paysages, de la confiscation de territoires, des déprédations sur des lieux de vie. Nous ne portons pas le poids du monde sur nos épaules, mais nous ne pouvons nous exonérer des effets de nos choix (…), des sources contestables de certains de nos conforts, de nos défaillances de solidarité.

« Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse », affirmait Albert Camus déjà en 1957 dans son discours de prix Nobel « .

Extrait de Murmures à la Jeunesse, Christiane TAUBIRA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s