Love actually…

Pas grand-chose à dire à l’approche des fêtes. Sinon que les gens bien sortent du bois dès lors que Pierre crie au loup…

Les fêtes de fins d’années, la fin de l’année plus simplement tarit l’inspiration et (me) met en état de veille. Les sources ne sont guère nombreuses tant je suis fixée sur la Trottinette freestyle dorée commandée par mon fils (il n’a pas trop mal travaillé. Même s’il existe encore une marge de progression…), qui souhaite par ailleurs un Penny dont je n’ai compris que tard qu’il ne s’agissait pas de la pièce, après avoir découvert en fait qu’il existait une marque de skateboard, euh non, de Penny, du même nom. A tout dire, je n’ai pas bien perçu encore la différence entre skateboard et Penny. Ni d’ailleurs l’intérêt d’avoir une trottinette freestyle (dorée de surcroit) tandis qu’il en a déjà une, Urban. Elle est bleue. C’est peut-être là que le bât blesse. Tout cela ne laisse donc guère de place pour autre chose. Mes yeux restent (grands) ouverts cependant et il me semble percevoir un phénomène dont je savais l’existence (vu à la télé. Dans l’un des très très nombreux films de saison) mais dont la confrontation m’a frappée de plein fouet : l’esprit de Noël existe.

Love actually... ((Andrew Lincoln)

Esprit, es-tu là ?

Vraiment. L’expression des privations, des sacrifices, des concessions se lit sur de très nombreux visages, même sur ceux qui essaient de le cacher. Et, tandis que l’on nous serine de toutes sortes de mauvaises nouvelles et que les échos produits par la lie de l’humanité résonnent en permanence en nos oreilles endolories, on pourrait croire qu’en réponse à tant de pressions, de négations de l’être humain, le monde se renfermerait, détesterait, plus encore mais qu’en sais-je….
Eh bien non.
J’ai vu des personnes pressées, très pressées, aider des aveugles, entendu des enfants dire « à tes souhaits » aux éternuements de leur voisin dans le train, vu un agent de gare donner un ticket salvateur à une mère de famille dans le besoin, une jeune femme faire des selfies avec des sans-domiciles, des voisins tendre la main avec un « pfff mais ce n’est rien enfin. Je suis là pour ça ! », Vladimir Poutine réclamer le Prix Nobel de la Paix pour Sepp Blatter…
L’esprit de Noël existe !
L’amour est partout !
Tant mieux.
Et très belles fêtes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s