Nous sommes TOUS la solution

J’ai entendu le discours du Président de la République. J’en ai ressenti toute la solennité, toute la force. J’ai ressenti la gravité du moment. L’instant est grave en effet. Le Président s’est montré présidentiel, chef de l’État en guerre au sein duquel nous vivons désormais. Et je me sens faible…

Pray for Paris- Novembre 2015

Moi, citoyenne, mère, femme, j’ai peur et c’est bien normal me direz-vous. Je viens d’annuler ma participation à une conférence sur la joie. Parce que je n’ai pas le cœur à cela. Parce que j’ai peur à dire vrai, de me retrouver dans une salle de spectacle parisienne, là maintenant. J’ai peur aujourd’hui comme j’ai eu peur samedi d’aller diner chez des amis qui n’habitent pourtant qu’à quelques centaines de mètres. J’ai peur pour mon fils qui doit aller au foot tout à l’heure. J’ai eu peur ce matin lorsqu’il a quitté la maison pour aller à l’école. J’ai peur, là tout de suite, assise devant mon ordinateur parce que je ne sais pas jusqu’où iront ces fous, quelles nouvelles méthodes ils pourraient inventer. Ils ont tiré dans la foule hier. Ils ont tiré sur des terrasses. Ils ont jeté des grenades dans des restaurants. Ils se sont faits explosés ici. Ils ont déjà détourné des avions sur des tours. Ils ont recommencé. Ils ont tenté de détourner un train. Ils détournent les esprits de notre jeunesse en perte de repère. Que ne peuvent-ils inventer encore ?

Une autre guerre
A la vérité, cette guerre qu’elle soit de civilisation ou qu’il s’agisse d’une guerre contre le terrorisme ou une autre encore, il s’agit d’une guerre d’un autre genre. Elle n’est pas nationale, ni internationale dans le sens où l’on peut l’entendre, c’est-à-dire entre deux ou plusieurs états. Dans le sens que nous l’enseigne nos livres d’histoire. Elle est d’un autre genre. Elle est d’une nature inconnue jusqu’ici. Nous sommes en guerre : c’est un fait. Modifier la constitution. Prolonger l’état d’urgence. Déchoir de sa nationalité un homme suspecté de terrorisme. Cadrer la binationalité. Intensifier les attaques en Syrie. Dissoudre les associations suspectées de soutenir ou de diffuser des idées terroristes. Renforcer les moyens de sécurité. Ce sont en substance les annonces faites par le Président de la République. Et je n’ai rien à redire. Parce que je ne dispose pas de toutes les expertises requises. Parce qu’il s’agit de solutions. Mais, en toute modestie, en toute humilité, ces solutions me semblent d’un autre temps. Elles ne me semblent pas suffisantes.

Une autre époque

« Tous les patriotes doivent se lever pour défendre ses valeurs ». Voilà. « Aux armes citoyens. Formez vos bataillons ». Aussi. Nous vivons cette époque qui, on peut le regretter mais on ne peut le nier, est devenue individuelle, individualiste, plus que jamais. La solution passe donc aussi par l’individu. Chaque individu. Les nations existent. Mais elles se manifestent mieux durant les rencontres sportives que dans les moments les plus solennels. La nation existe et se renforce dans ces moments terribles. Elle est la somme d’individus qui se rassemblent autour de ses valeurs. Elle n’a pas disparu. Elle a changé. « Ces jeunes Français qui ont tué d’autres Français » ont entendu d’autres voix que celle de leur nation, organisée au sein d’une République dont les valeurs entièrement résumées dans le triptyque Liberté – Égalité – Fraternité ne résonnent plus en eux. Elles n’ont peut-être pas suffisamment pris corps. L’idée n’est peut-être plus suffisante. Je crois que la Liberté, l’Égalité et la Fraternité doivent être renforcées, incarnées, intégrées. Je crois que nous sommes TOUS la solution. Je participais ce matin à un stage de secourisme. Je me suis rendue compte à quel point j’étais loin de détenir les clés de la survie la plus basique. Je me suis rendue compte que je ne savais rien des moyens de sauver une vie tandis qu’elles sont, dans le contexte dans lequel nous vivons, menacées à toute heure et en tous lieux.

Paris - Novembre 2015

Une autre réponse

Je crois donc que la solution passe par la possibilité offerte à chacun de pouvoir se défendre et protéger, en toute connaissance, en toute responsabilité. Non pas en s’armant comme le préconise certains états. Ce ne sont pas là nos traditions. Nous ne croyons pas à la violence. Je suis par ailleurs une pacifiste convaincue. Chacun doit pourtant pouvoir disposer des moyens, de techniques de défense  et/ou de protection basiques. J’entends bien. Oui, je vous entends. Je vous entends dire que nous ne pouvons prendre la place des forces de l’ordre, que c’est un métier, etc. Mais suivre une formation de prévention aux premiers secours ne fait pas de moi un pompier. Se défendre devrait être à la portée du plus grand nombre. A l’instar, de la prévention secours de premier niveau, les techniques de prévention et de protection devraient être généralisées, apprises et acquise tant à l’école que sur les lieux professionnels ou pour les personnes en recherches d’emplois. Renforcer la Fraternité passe par la vie associative, un service civique rendu obligatoire, en fin d’adolescence, comme en son temps, le service militaire. Nous sommes TOUS la solution. Elle ne peut provenir que d’une structure lourde, rigide et centralisée lorsque face à nous une idée est lancée, prend forme et se construit en quelques jours, forte d’un puzzle humain qui ne se rassemble qu’à dessein, chaque pièce étant préparée séparément et prête à répondre au nécessaire lorsque de besoin. Cette nouvelle guerre n’existe pas dans nos manuels d’histoire. Les conséquences d’erreurs de stratégie existent  bel et bien. J’ai peur. C’est un fait. Mais, comme le disait une collègue tout à l’heure, à l’heure de la minute de silence en hommage aux victimes trop nombreuses de ces fous armés et organisés, comme le disait cette collègue donc, par ailleurs réserviste, j’ai peur mais je veux pouvoir servir, agir et faire plus que m’indigner ou prier pour Paris. Je veux être la solution, construire la paix dans l’amour égal et fraternel de l’autre, libre d’évoluer et d’être parce que pleinement consciente d’appartenir à un tout prêt également à réagir lorsqu’il le faut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s