Christophe, François, les autres et l’aventure (Actualisé)

Lorsque, cerné de toutes parts, épuisés par les sollicitations, il faut faire le bon choix, c’est là que commence l’aventure…

C’est la fin de l’année.
Et bizarrement, maintenant plus que jamais, il y a des tas, non des tonnes, de choses à faire.
Pour « boucler » la saison. Parce que l’école s’achève, que les enfants changent de classe, d’école, que l’heure est au bilan.
Parce que le temps est aux déménagements, aux promotions et autres évolutions de carrière, qu’il faut donc s’être ou se positionner.
Il est temps et voilà qu’untel ou ce truc-là vous bloque.
ENCORE !
POURQUOI ?
Elle veut la promotion. Il ne veut pas vous laisser partir. Il a besoin de vous ici, à ce poste, à cette place. Elle glisse quelques peaux de bananes. Il repousse l’échéance. C’est quoi cette nouvelle facture ? Non mais c’est pas vrai !
Le temps passe. La fatigue croit. La patience décroît.
Les idées fusent. Mauvaises en majorité.
Après tout, puisque tout le monde est comme ça, il n’y a pas de raison de…
Je ne changerai pas le monde tout seul…
Peaux de banane, pour peaux de bananes…

Fallen Angel Jean-Michel BASQUIAT 1981
Fallen Angel
Jean-Michel BASQUIAT
1981

L’allocation de François

C’est là.
C’est ici, précisément que commence l’aventure…
Au croisement de l’épuisement, de l’impatience, de la peur de passer pour faible et de la force d’être juste dans sa réponse.
Ici que commence l’aventure.
S’entraîner proposait Christophe, il y a peu…
Se souvenir en tous cas que la gentillesse est une aventure et que, comme pour tout le reste, rien n’est écrit, rien n’est figé, tout est à construire.
Sur la route, on croisera quelques bonnes âmes riches d’idées qui conforteront notre choix d’une « attitude sereine, qui sait être pleinement présente à quelqu’un sans penser à ce qui vient après, qui se livre à tout moment (…) Quand l’exercice d’une vertu s’affaiblit d’une manière généralisée dans la vie personnelle et sociale, cela finit par provoquer des déséquilibres multiples, y compris des déséquilibres environnementaux. (…) Il faut oser  parler de l’intégrité de la vie humaine, de la nécessité d’encourager et de conjuguer toutes les grandes valeurs. »
C’est tiré de l’encyclique Laudato si’ du pape François.
Il en a beaucoup été question ces derniers temps.
Et franchement, sans être d’accord sur tout, on peut comprendre pourquoi: parce qu’elle fait du bien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s