Bon et con ? Il ne suffit pas d’une rime pour faire de la poésie

le

Tandis que se transforme le projet, que se forme l’ambition de grandir, il me revient, assez souvent il faut le dire, la même critique : « c’est un peu gnian-gnian ton truc-là quand même, hein… »

Et pourquoi donc ? En quoi est-ce gnian-gnian de montrer la gentillesse où elle se trouve, puisqu’elle existe. De vouloir indiquer qu’il existe toujours une alternative à la violence mesquine, aux cachotteries, à la froideur affichée comme une défense de bon aloi, à la vile hypocrisie, au calcul nihiliste ? Elle est la vraie question. Il est là le cœur du propos. Il existe une autre façon de gérer l’entreprise, d’engager, d’entretenir une relation avec l’autre, de développer sa carrière, son réseau, ses amitiés. Dans le fond, et je le crois de mieux en mieux, lorsque tout est réglé avec soi-même, il ne reste que la gentillesse comme monnaie d’échange. Lorsqu’il devient inutile de se cacher, de cacher ses peurs, il ne reste que la gentillesse. Lorsqu’il devient inutile d’engager la lutte, lorsqu’un point de vue, à force d’explication, de travail avec les autres, sur soi-même, de clarté mérite d’être proposé, il n’y va que de la gentillesse…

Invitation au bonheur et au partage. Ici un mur de l'exposition Happy show (La Gaïté Lyrique, mars 2014)
Invitation au bonheur et au partage. Ici un mur de l’exposition Happy show (La Gaîté Lyrique, Mars 2014)

Bonne nouvelle

Bien sûr, et c’est là une chose que je peux comprendre, il est bien difficile de prendre le chemin qui n’est pas celui de la plupart. Et alors ? Au pire, on passe pour un illuminé. Au mieux, on s’engage dans l’aventure d’un autre chose qui est en marche. La foultitude des liens, des articles, sur ce site, ailleurs, de mains tendues, de cœurs ouverts le prouvent. Du site d’actualité et de curation Bonnes Nouvelles, qui ne veut que proposer l’actualité dans le sens le meilleur, celui du progrès et de l’ouverture à l’autre, à cette association qui propose quelques vignettes pour faire savoir à son voisin ce que l’on peut partager, en passant par les espaces de travail communautaires tels Workatjelly ou le renouvellement d’un management structurer de manière disons plus… horizontale, plus axée sur la créativité, le partage que sur l’autorité et la force. Une fois établie la responsabilité individuelle, une fois établi le fait que personne n’est parfait, une fois établi que l’erreur est humaine, il ne reste que la gentillesse. La voilà, l’idée. Il est là le principe. Je ne vois rien de gnian-gnian là-dedans. Qu’un effort vers le mieux, ami du bien. Qu’une main tendue vers un horizon éclairé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s