I have a…etc.

Ce week-end, tandis que le temps défilait, haché par les habitudes et autres impératifs de la fin de semaine, j’ai rêvé d’une fête nationale d’un genre nouveau. Pourquoi précisément ce week-end ? Il ne me semble pas forcément nécessaire de rêver les choses dans telle disposition d’esprit ni dans telle circonstance. J’y ai pensé ce week-end, voilà tout. Voici donc ma vision de la fête nationale.

Paris est magique !

Il y aurait toujours des tribunes, avec toutes les officiels du gouvernement, ceux chargés de structurer la République, de donner forme à nos idées et autres idéaux. Ce serait toujours sur les Champs-Elysées parce que l’espace et décor s’y prêtent bien, mais pas seulement. Le défilé suivrait en effet un parcours plus long, traversant divers quartiers de la capitale. Étant donné qu’elle se tiendrait le 14 juillet, qu’alors c’est l’été, ce serait parfait pour tout le monde : spectateurs, participants, etc… Il y aurait d’abord les enfants : les meilleurs de la classe, ceux inscrits en cours de danse, des équipes de sport, les champions de l’an passé, les talents, les prometteurs. Les sportifs pourraient éventuellement être accompagnés de leur version adulte. Il y aurait ensuite les associations, citoyennes, caritatives, culturelles, tout celles qui peuvent être, classées, par ordre alphabétique, par quartier, par ville, par région ou territoire.

Musette et reggae parties

Il y aurait enfin des personnes originaires de toutes les régions, en costume traditionnel. Ils paraderaient au son de leurs rythmes coutumiers et proposeraient, pourquoi pas, un petit spectacle sur la route. Il y aurait enfin, décentralisé partout sur le territoire, des expositions gratuites montrant le travail de tel artiste du cru, reconnu par une sorte de vote populaire sur proposition préalable d’une série de candidats. On pourrait déjeuner sur l’herbe. Les restaurants proposeraient un menu Fête nationale. Plus tard, il y aurait un bal (pour conserver un peu de ce qui est, de la tradition). Et ce bal serait musette ici, jazzy plus loin, hip-hop/reggae là-bas, pop rock aussi, etc. Voilà…
Oh… Il y aurait toujours des avions dans le ciel, la patrouille de France, les drapeaux, les dépôts de gerbe et une pensée au passé révolu. Mais dans mon rêve, la fête nationale n’est pas une parade militaire. Elle montre la nation telle qu’elle est, joyeuse, diverse et en mouvement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s