Dans le métro…

  • Se lever quand sonne le réveil. Pas tout de suite. Pas d’un coup.  Tout est prévu. Le réveil est réglé une demie heure avant l’heure maximale. Impossible d’être en retard.
  • Accepter d’être en retard (au cas où…)
  • Écouter la radio, son morceau préféré, méditer…

Tout commence à la maison, bien avant. Prendre le métro nécessite une préparation, un conditionnement optimal. Pour réussir l’opération, il convient d’atteindre un bien-être maximum avant la descente au plus profond de la cavité. Objectif : réussir à diffuser du bien-être, du mieux-être, en tous cas ne pas exposer son mal-être. Je reprends le raisonnement. Le métro arrive.

  • Laisser descendre mes homologues plongeurs
  • Laisser monter les plus pressés, déjà à bout de souffle (C’est un peu plus compliqué lorsqu’il s’agit d’un train. Le manquer peut entraîner un retard conséquent. Cela dit, l’article s’intitule dans le métro. Pas dans le train. Partons donc du principe que tout s’est bien passé  dans le train, si train il y a eut…
  • A l’intérieur, on me fixe (je le vois parce que je ne suis ni plongé(e) dans un livre, ni dans un des ces gratuits, ni dans mes souvenirs, dans mes comptes, mon planning, etc.)1) Regarder ceux qui regardent

    2)  Sourire (il suffit de détendre les muscles du visage. Ça vient tout seul)

    3) Bon, cela dépend : célibataire et pas timide, se lancer. Célibataire et timide, sourire et tenter de transmettre l’intérêt  par le regard. En couple, sourire et mettre à sa place, sa compagne/son compagnon (après, tout est fonction du couple…). Pour le reste, il est possible de sourire tout simplement. C’est bien aussi.

  • Coincé(e) par une poussette, dans un coin, au fond du wagon ? Jeter un œil au bébé. Se demander si l’on en voudrait un comme celui-là. Se dire que l’on fait bien de ne pas en avoir. Mince, c’est encombrant ces trucs-là. Comment va-t-elle/il faire dans les escaliers ? Elle/Il à l’air costaud(e). Elle/il me semble bien frêle. Oh, mais elle/il dort ! La chance ! Non mais quel paresseux… Ça y est vous y êtes ! Vous êtes arrivés à bon port. Il est temps de sortir du wagon.
  • On laisse monter/descendre les plus pressés. On s’en va. Comme c’est bon de sentir la fraîcheur matinale. Et de revoir le monsieur, fidèlement posté à l’orée de la bouche. Celui que l’on salue tous les matins en refusant son journal. Tiens, comment s’appelle t-il ? Faudrait penser à lui demander un de ces jours…
  • Dans le pire des cas, on a tardé. Le métro repart. Mais on est pas à une station près. La vie est belle. Elle est pleine de surprises. Je suis gentil(le). Quelle bonheur. J’ai le sentiment que la journée va être magnifique (reconditionnement…).
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s